Le skipper

Je m'appelle François, et je suis le propriétaire et le capitaine du voilier "la rose des vents".
Vous souhaitez sûrement en savoir un peu plus sur moi avant d'embarquer sur mon bateau, donc je vais me présenter, évoquer mon parcours personnel et mes centres d'intérêt.
Je suis loin d'être un de ces "vieux loups de mer" taiseux voire acariâtres, mais je ne suis pas non plus un grand adepte des selfies et autres étalages de vie privée un peu insignifiante. Je vais donc essayer d'être bref et (autant que possible) divertissant !

Ailleurs si j'y suis

Je suis né à Nantes il y a 41 ans. Lorsqu'on grandit dans une ville historiquement tourné vers la mer, un port avec ses chantiers navals, ses bars de marins et sa "rue des cap-horniers", il est difficile de ne pas ressentir l'appel du large.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai eu envie de mettre les voiles. L'atlas était mon livre de chevet et je parcourais ses cartes joliment colorées en rêvant aux étendues immenses à explorer.

Après quelques détours en Amérique latine et en Asie du Sud-est, je me suis installé plusieurs années sur l'île de La Réunion.

De là, je suis parti visiter les pourtours de l'océan Indien, avec des étapes à Madagascar, au Mozambique, en Inde, Birmanie, Thaïlande, Viêt-Nam, Chine, Indonésie, Rodrigues et Maurice.

Mes premiers voyages furent assez conventionnels, en mode Guide du Routard et sac à dos.

Puis j'ai eu envie de sortir des sentiers battus. Au cours, d'une année sabbatique en Asie, j'ai par exemple traversé l'Inde en moto pendant 6 mois, depuis les paysages verdoyants du Tamil Nadu et du Kerala au Sud jusqu'aux sommets enneigés du Ladakh au Nord en passant par les mégalopoles chaotiques de Chennaï, Mumbaï ou Delhi.
Pour me remettre de mes émotions, je suis ensuite allé faire une retraite d'un mois dans un monastère bouddhiste tibétain... Après "le bruit et la fureur", c'était "le monde du silence" !

La photo et l'écriture

Ce périple autour de l'océan Indien s'est étalé sur plusieurs années, et j'en ai tiré un carnet de voyage, mêlant textes et photos, qui a été récemment publié par une maison d'édition réunionnaise.

J'ai également publié quelques photos et reportages dans la presse écrite.

Je ne me prétends ni "écrivain" ni "photographe", mais je m'intéresse beaucoup à ces moyens d'expression qui permettent de raconter le monde. Si le coeur vous en dit, vous pouvez jeter un oeil sur mes modestes réalisations en allant sur ce site : www.francois-nouveau.com

Je souhaite profiter du voyage de la Rose des Vents pour poursuivre cette démarche, notamment en réalisant une sorte d'"album de famille" avec le portrait de tous les marins et de leurs familles que j'aurai rencontrés, car ce sont souvent des personnalités charismatiques et attachantes.

Si la photo vous intéresse aussi, pas de problème pour parler technique et comparer nos clichés à bord de la Rose des Vents !

Les sports de glisse

J'ai d'abord découvert le bodyboard. C'était en Bretagne il y a près de 30 ans, l'époque bénie des combinaisons fluos et des maillots de bain échancrés.

j'ai commencé le snowboard au tout début des années 1990 alors que ce sport commençait juste à se démocratiser en France. A l'époque, on n'avait d'autre choix que de rider avec des chaussures de ski, des fixations à plaque et des planches à repasser...

En 2007, après plusieurs voyages consacrés au surf au Maroc, en Indonésie, à Madagascar ou au Japon, j'ai décidé de m'installer à La Réunion pour pouvoir pratiquer plus régulièrement cette activité très exigeante et tenter de m'améliorer.

A l'époque, il n'y avait pas encore la "crise requin" à La Réunion, et l'on pouvait surfer tous les soirs après le boulot au coucher du soleil...

C'était le paradis. Ça s'est arrêté tragiquement en 2011.

Enfin, j'ai découvert le kitesurf en 2015 sur l'île de Rodrigues et c'est devenu aujourd'hui mon sport de prédilection.

Je suis loin d'être un "cador" dans ces différentes disciplines, mais j'éprouve toujours le même plaisir intense à glisser, faire des courbes, ressentir la vitesse, jouer comme un enfant avec l'air et l'eau.

Je ressens également une grande sympathie pour les valeurs originelles du surf. Pas celles des compétitions et des grandes marques de l'industrie textile mais celles que partageaient les premiers surfeurs à Hawaï et en Californie dans les années 50 : l'hédonisme anticonsumériste et anticonformiste de la beat generation

Voyager en bateau c'est entre autre un moyen pour moi de vivre au plus près de la mer et des sites de pratique de mes sports favoris, et faire ainsi de ma passion pour la glisse un "mode de vie".

Je propose donc des croisières surf et kitesurf à bord de la Rose des Vents pour partager ce mode de vie avec d'autres passionnés.

La géographie

Pendant ma formation initiale, j'ai suivi un cursus universitaire en géographie au terme duquel j'ai obtenu deux masters 2 et commencé un doctorat que je n'ai jamais fini. J'ai été passionné par cette matière et je l'ai même enseignée à l'université Paris XII pendant ma première année de doctorat. Je garde un excellent souvenir de cette expérience qui fut riche et gratifiante.

J'en ai retiré un grand intérêt pour l'observation des paysages et quelques outils pour comprendre les dynamiques physiques et humaines qui les ont façonnés.

La géographie m'a aussi appris à m'intéresser aux modes de vie et représentations des gens au travers leurs histoires et leurs cultures, au delà du folklore touristique. Cette curiosité va de pair et a nourri ma passion pour les voyages.

Nous aurons sûrement l'occasion d'en discuter à bord car une croisière c'est avant tout un voyage donc une rencontre avec des lieux et des gens.

Libre et passionné

Pendant 14 ans, j'ai mené une carrière de chef de projets en urbanisme et supervisé la réalisation d'importantes opérations d'aménagement urbain. C'est un métier très intéressant mais aussi très procédurier...

En 2015, j'ai décidé de rompre les amarres pour une durée indéterminée, et d'essayer de vivre de ma passion pour la mer et les voyages.

Accueillant et ouvert d'esprit

Lorsqu'on voyage, les rencontres avec les locaux comme avec les autres voyageurs constituent souvent les épisodes les plus riches et mémorables.

C'est pourquoi je suis ravi d'accueillir des passagers à bord de la Rose des Vents, de partager mes centres d'intérêt avec eux et de découvrir les leurs.

Skipper professionnel

Ah oui ! J'oubliais un petit détail : je suis skipper professionnel, diplômé de la marine marchande française (brevet de capitaine 200 voile) et britannique (RYA/MCA Yachtmaster Ocean).

J'ai passé ces brevets en 2015 pour mettre en oeuvre le projet de la Rose des Vents.

Je suis donc qualifié pour transporter légalement jusqu'à 12 passagers payants à bord de tous navires à voile ou à moteur de moins de 24m et 200 UMS ("Universal Measurement System" qui indique le volume de cargaison) jusqu'à 200 milles marins de la côte.